Interview d’une éducatrice spécialisée

Comme je vous en ai parlé dans un précédent article, voici l’interview que j’ai réalisée d’une éducatrice spécialisée, Armelle Schwenzer. Pour en savoir plus sur son parcours professionnel je vous renvoie à cet article.

Quels sont selon vous les qualités et les compétences nécessaires pour être éducateur spécialisé ?

Les qualités requises pour être éducateur s’articlent autour de la relation à l’autre.

Autrement dit, faire preuve d’empathie, c’est à dire se mettre à la place de l’autre pour tenter de percevoir ce qu’il ressent, être à l’écoute et avoir de la patience.

Les formations donnent des « outils » pour pouvoir développer ensuite ses compétences et professionnaliser la relation pour qu’elle devienne « éducative ».

 

Quel est le parcours classique pour devenir éducateur spécialisé ?

Je ne sais pas si on peut parler de parcours classique, mais les façons de parvenir a obtenir le diplôme s’effectuent en s’engageant dans un processus de formation, soit en apprentissage (si on trouve un employeur intéressé par ce type de contrat et que l’on a moins de 25 ans), en cours d’emploi  (c'est-à-dire en travaillant sur le terrain + les regroupements de formation), en voie directe comme toute formation (infirmière par exemple) ou par la VAE (validation des acquis de l’expérience), lorsque que l’on occupe un poste relatif au poste d’éducateur depuis un certain temps déjà sans le diplôme requis.

 

Parlez-nous de la VAE. En quoi consiste-t-elle ? Qui peut postuler ?

La Validation d’Acquis de l’Expérience s’adresse à des professionnels évoluant dans le champ social ou médico-social, depuis au moins 5 ans. Après avoir déposé la recevabilité du livret 1 auprès du DAVA (dispositif académique de la validation des acquis), et obtenu une réponse positive, le candidat s’engage alors dans l’élaboration du livret 2 afin de valider 4 domaines de compétences (DC), pour présenter ensuite son travail à un jury. Les domaines de compétences peuvent être validés partiellement.

 

Avez-vous des recommandations pour les personnes qui souhaiteraient devenir éducateur spécialisé. Quelles expériences pourraient les aider au mieux ?

Pour rentrer dans les écoles de formation, (Educateurs spécialisés ou moniteurs éducateurs), le passage d’une sélection est obligatoire. Donc, je conseille vivement aux candidats potentiels d’acquérir une petite expérience auprès d’un public en difficulté afin de pouvoir échanger sur du vécu de la profession et de cibler ce que l’on vient rechercher dans cette formation après avoir identifié les besoins pour se professionnaliser (travail d’équipe, prise de distance dans les affects, dispositif et cadre de l’intervention du travailleur social etc…). On ne peut se contenter de rester dans de la représentation du métier dans ce type de  sélection. Accompagnement loisirs ou vacances de personnes handicapées, intérim, bénévolat dans des associations peuvent aider à « vivre ce métier ».

 

(NB : le métier d’AMP (Aide-Médico Psychologique) devenu diplôme d’état et ouvert aujourd’hui à différents milieux (Maison d’Enfants à Caractère Social ou MECS, CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale) en plus du milieu du handicap et en gériatrie initialement, est un tremplin aux métiers de l’éducation spécialisée. La formation est ouverte en voie directe depuis un an  dure 12 mois dont  2 stages pratiques.(Institut St Laurent à Ecully,  ARFRIPS à Lyon et IREIS à Firminy dispense cette formation))

 

Pouvez nous parler des aspects difficile de votre métier ? Ceux dont les personnes qui ne le connaissent pas n’ont pas forcement conscience.

Si je dois parler des complexités de ce métier c’est après avoir mis en avant ses richesses, richesse dans la rencontre avec l’autre adulte ou enfant, outils de réflexion mis à disposition des professionnels, ouverture sur divers publics qui permet de s’essayer dans l’accompagnement éducatif auprès de personnes aux problématiques diversifiées (handicap moteur, autisme, troubles du comportement, enfance maltraitée, réfugiés politiques, etc…)

Les difficultés rencontrées sont parfois de faire face à la violence, (violence verbale, physique ou violence de l’image que renvoie la personne), de se positionner dans l’autorité, mettre des limites et le cadre afin de permettre à la personne de se construire et de s’inscrire dans la société.

S’il s’agit de l’accompagnement de personnes dépendantes  physiquement, il faut être assez nombreux afin que la qualité de la prise en charge puisse être optimum.

Le professionnel doit pouvoir prendre une certaine distance avec ce que peut lui faire vivre la relation à l’autre, les affects ne doivent pas envahir la sphère privée et être traités dans les instances réservées à cette distanciation. C’est toute la difficulté de cette profession ou la souffrance de l’autre ne doit pas envahir, mais bien être entendue et accompagnée.

 

Une lectrice de mon blog, Anne aimerait savoir si vous pouviez lui conseiller quelques livres, des témoignages de moniteurs éducateurs.

Je citerais volontiers des auteurs tels que :

- Joseph ROUZEL « le travail de l’éducateur spécialisé » ou  « le quotidien en éducation spécialisée »  ou « paroles d’éduc. »

- Philippe GABERAN « le travail du moniteur éducateur »

Ces auteurs sont aussi des formateurs et interviennent dans les formations d’AMP  (aide médico-psychologique) de moniteurs éducateurs et éducateurs spécialisés.

Un site, celui de Joseph ROUZEL est une mine d’infos, de textes,  de bibliographie (psychasoc.) A visiter...

 

Je tiens à remercier Armelle Schwenzer pour le temps qu’elle m’a accordé.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0